CHRONIQUE / Chambre Simple

Ok. J’ai choisi de faire une photo simple… Parce que je vais dire des trucs simples / Parce que vous êtes trop Bons / Ok. Simple. Basique. Basique. OK. (Pardon, @orelsan, ce n’est pas exactement du plagiat, j’ai changé une lettre, tu as vu ?) En même temps, avec ce bouquin, ça colle vraiment bien… De par son style, son approche, dans les faits comme dans le ressenti. Pas besoin de fioritures, de petites lumières douces ou de bougies Be happy. Le dernier livre de Jérôme Lambert, c’est l’émotion à vif. Simple, basique, emballé c’est pesé, bon par contre faudra ramasser y a des miettes de votre coeur qui trainent par terre. Je l’ai lu d’une traite, en quelques heures – facile à lire mais plus difficile à digérer.

Chambre Simple, c’est l’histoire d’un homme, d’un « patient » qui se réveille dans une ambulance, puis dans un hôpital, on ne sait pas tout de suite pourquoi, on ne le saura que tard, au détour d’une conversation, d’ailleurs on ne sait même pas son prénom – si ce n’est sur la fin, par hasard là aussi. C’est « le patient », comme un figurant au générique d’une série télé. Et ce livre, c’est son parcours du combattant, dans son corps, dans sa tête, sans pathos, sans emphase, juste les faits, les pensées brutes, âpres. Violentes, aussi, parfois.

ChambreSimple
Et ce qui fait la force de ce roman, selon moi, c’est aussi sa construction : l’auteur a fait le choix d’alterner les points de vue – celui du patient, donc, mais aussi de son mec, du personnel hospitalier, d’un autre malade, qui tantôt nous parlent, lui parlent, se parlent. Témoignages, confessions, comme un docu-fiction de gens qui se côtoient sans échanger pour de vrai, qui se fourvoient aussi parfois sur leurs pensées, un livre sur la maladie, sur ceux qui vivent avec et ceux qui vivent autour. L’amour comme auto-destruction, comme une bouée de sauvetage percée de trous, petits, minuscules, mais suffisants pour couler.

Touchant, sincère, sans détour, sans trop d’espoir non plus, dans le récit comme dans l’histoire. Mélancolique jusqu’à la dernière virgule… Mais très réussi, car, comme dirait @livresselitteraire quand elle m’en a parlé, « d’une très grande sensibilité ». A conseiller.

Chambre Simple, de Jérôme Lambert. Paru aux Editions de l’Observatoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s