CHRONIQUE / La Chambre des Merveilles

En ce moment, dans ma tête, c’est un peu j’veux du sooooleil, du sable à perte de vue et un cocktail 🍹 avec une petite ombrelle dessus, même qu’avec le bracelet allinclusive je pourrais en siroter toute la journée si ça me chantait. En vrai, pas de sable, pas de cocktail, pas d’ombrelle, même pas de soleil, alors pour la peine j’ai dévoré en quelques heures les 265etquelques pages de La Chambre des Merveilles (c’est quand même moins calorique que le pot de glace au chocolat). En me disant qu’avec une couverture pareille, ça fera rudement joli sur la plage cet été.

Parce que oui, La Chambre des Merveilles, c’est sans doute l’un des livres dont vous allez entendre le plus parler cette année. Faut dire que tout y est. Le drame, la romance, l’amitié, le boulotpasbô, la famille, les voyages, Maître Gims et Sophie Davant, le courage et la beauté et quellebellepreuved’amourOMGjevaispleurer.

chambredesmerveilles

Tout est justement dosé, savamment calibré, rien ne dépasse, alors on alterne les rires, les pleurs, les sourires, les larmes, et puis ô capitaine mon capitaine, il est temps d’y aller. L’histoire (elle tient sur un post-it, d’accord, mais un joli), c’est celle d’un changement de vie : une mère célibataire décide de vivre les rêves que son fils a listé dans son « carnet des merveilles », lorsqu’il se retrouve dans le coma suite à un accident de skate. Histoire de lui rappeler que la vie vaut la peine d’être vécue. Et en tentant de le ramener lui, elle va se trouver, elle. (Kleenex, clap de fin.) Je rigole, hein, mais forcément, ça titille, ça chatouille, ça serre mon petit coeur, ça parle à la maman que je suis, ça me refait penser à cette bucketlist qui dort dans un coin de mon ordi (un jour je verrais une aurore boréale. Promis, juré, obligé.)
Bref.

Bref, La Chambre des Merveilles, c’est le best seller estival annoncé, avec du rose fluo dans l’eau et du sucre par au-dessus, c’est du Marc Musso ou du Guillaume Lévy, c’est Demain est un autre jour mélangé à La Liste de mes envies, et finalement, ça fait le job et ça le fait bien. Allez, je vous laisse, je vais piquer une tête dans la piscine.
Ah bah oui mais non en fait.
Bon bah je vais prendre une douche.

La Chambre des Merveilles, de Julien Sandrel
Editions Calmann-Lévy.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s