CHRONIQUE / L’Archipel du Chien

Lire Philippe Claudel, c’est savoir que l’on sera remué, là, dedans, à chaque ligne, à chaque page. Le coeur serré, compressé, jusqu’à sentir le sang qui pulse à chaque battement. Un an tout juste après Inhumaines, Claudel nous plonge à nouveau dans une histoire façon bain d’acide, si grinçante qu’on s’en briserait les dents.

L'Archipelduchien_ClaudelDans L’ Archipel du Chien, il raconte les mouvements migratoires, les milliers de morts perdus en mer, anonymes, inconnus, et ces corps que l’on repêche sur la plage comme celui d’un garçonnet en tee-shirt rouge, qui choque et qu’on oublie. Car surtout, il raconte le point de vue de ceux qui restent. Ceux qui veulent cacher l’horreur pour ne pas ternir l’image, ceux qui, par leurs actes, les tuent une seconde fois. Et ceux qui les cherchent, pas toujours pour les raisons que l’on croit.

Une nouvelle fois avec les mots de Claudel, nous sommes nus. Nus et seuls face à l’histoire, notre histoire façon noire charbon, celle d’une société déshumanisée face à l’abject, où l’indifférence et le repli sur soi ont pris le pli sur la bienveillance. Par sa manière toute à lui de brandir un miroir sur notre visage, sa façon de mettre des mots saignants sur des maux sanglants, Claudel continue d’appuyer là où ça fait mal. Et il frappe, encore et encore, même si l’on est à terre, en pleurs, en sang.

« Vous convoitez l’or et répandez la cendre. Vous souillez la beauté, flétrissez l’innocence. Partout vous laissez s’écouler de grands torrents de boue. La haine est votre nourriture, l’indifférence votre boussole. (…) Votre égoïsme vous engraisse. Vous tournez le dos à vos frères et vous perdez votre âme. Votre nature se fermente d’oubli. Comment les siècles futurs jugeront-ils votre temps ? »

Les premiers mots du livre glace. Les derniers, aussi. Entre temps, le coeur chavire, balloté dans les méandres d’une fable angoissante sur l’horreur qui qualifie parfois la nature humaine.

L’Archipel du Chien de Philippe Claudel
Editions Stock.

Une réflexion au sujet de « CHRONIQUE / L’Archipel du Chien »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s