CHRONIQUE / Leurs enfants après eux

Magistrale. Leurs enfants après eux est une oeuvre monumentale. De celle qui marque une génération et celle d’après aussi. Tranchante comme un scalpel, fiévreuse, brûlante, brutale. Une histoire que l’on reçoit à bout portant – un pas, voire deux ou trois en arrière sous la violence du choc, les mains sur la poitrine, le souffle court, 400 pages #danstagueule et tu en veux encore. Encore. Tu trembles, tes mains, tes jambes, ton coeur, ton corps a besoin de sa dose, de cette plongée vertigineuse dans ton adolescence, de ce livre qui parle des années 90 mais raconte aujourd’hui, ta région, ta ville, tes repères, la vie rêvée des autres et le quotidien dans le dur, partir, tout quitter, se battre, avec ses crayons, avec ses poings, l’alcool, la drogue, Nirvana, NTM et consort, les mots comme une arme à double calibre, où en es-tu aujourd’hui ?

Leursenfantsaprèseux« L’éducation est un grand mot, on peut le mettre dans des livres et des circulaires. En réalité, tout le monde fait ce qu’il peut. Qu’on se saigne ou qu’on s’en foute, le résultat recèle toujours sa part de mystère. Un enfant naît, vous avez pour lui des projets, des nuits blanches. Pendant quinze ans, vous vous levez à l’aube pour l’emmener à l’école. A table, vous lui répétez de fermer la bouche quand il mange et de se tenir droit. Il faut lui trouver des loisirs, des baskets et des slips. Il tombe malade, il tombe de vélo Il affûte sa volonté sur votre dos. Vous l’élevez et perdez en chemin vos forces et votre sommeil, vous devenez lent et vieux. Et puis un beau jour, vous vous retrouvez avec un ennemi dans votre maison. C’est bon signe. Il sera bientôt prêt. »

Un récit brut, sauvage, qui suit le destin d’Anthony, Steph, Hocine and co sur quatre étés au coeur des années 90’s, des gamins, des pères, des mères font ce qu’ils peuvent dans un monde insalubre, miné par le chômage, la désindustrialisation, la montée des extrêmes, la haine de soi, le rejet de l’autre, l’envie d’ailleurs – et puis cette question lancinante, entêtante, destructrice, qui jalonne tout le livre : sommes-nous condamnés à faire comme nos parents avant nous ? Un roman tout simplement étourdissant dans sa manière de capter l’atmosphère et de retranscrire la vie. Et qui donne une furieuse envie d’écrire. Boum dans mon coeur. Encore.

Leurs enfants après eux, de Nicolas Mathieu.
Editions Actes Sud.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s