CHRONIQUE / L’INVITÉ SANS VISAGE DE TANA FRENCH

Celui-là aussi, je l’ai lu pendant mes vacances. Un bon gros pavé pas toujours très pratique sur le transat – surtout quand on s’endort dessus, la peau dorée par le soleil, une légère brise caressant votre corps oint de crème solaire, une douce odeur de lavande vous chatouillant le nez… – et la grosse marque de la tranche du #bouquin sur la joue.

Ce détail pris en compte, je dois avouer que j’ai passé de très bons moments avec Antoinette Conway, flic à la brigade criminelle de Dublin, héroïne du dernier polar de Tana French. C’est en réalité la « suite » de La Cour des Secrets, que, en toute honnêteté, je ne connaissais pas. Pourtant, mon grand âge avançant, des romans policiers, j’en ai lu des centaines… Le #polar a toujours eu le mérite d’attirer la curiosité de la foule. (In)consciemment ou pas, c’est un genre auquel je me frotte moins ces derniers temps, peut-être pour éviter l’overdose, je ne sais pas. Mais bon, une petite rechute, comme on dit, ça rebooste.

Capture d_écran 2017-11-10 à 16.53.25
D’autant que ce qu’il y a de bien dans ce #livre, c’est son style. Vous savez (?) quelle importance j’accorde au style. A la musicalité, à la fluidité, au choix du vocabulaire, à ce qui transpire entre les lignes. Plus que le sujet même, c’est ce qui permet au feu de prendre ou pas. Avec Tana French, ce n’est pas un feu de paille mais un feu de joie. Un incendie. Immense. Brulant. Parce que l’auteure fait l’impasse sur la délicatesse pour se concentrer sur les faits. Parce qu’elle prend son temps. Qu’elle sait comment rendre son récit vivant. Crédible. Parce que les flics se trompent, parce que l’enquête trépigne, parce que les pirouettes étonnent. Parce que l’héroïne est complètement désabusée. Parce qu’on la sent, la montée en puissance. L’invité sans visage, ce n’est pas de l’action débridée, c’est un thriller psychologique.

A tel point que quand sonne le glas, on en voudrait encore… Et que la fin nous laisse justement un peu sur la nôtre, de faim. Il n’empêche que l’arrière-goût trop âpre qui reste au fond de la gorge en refermant ce livre donne sacrément envie de découvrir les autres romans de l’auteure. La rechute n’est pas loin.

#linvitesansvisage #tanafrench#calmannlevy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s