CHRONIQUE / L’Ombre du Vent de Carlos Ruiz ZAFÓN

C’est ce qu’on appelle communément un #classique. Un de ces livres-qu’il-faut-avoir-lu-si-tu-aimes-lire. Un incontournable. Un de ceux que tu repères du coin de l’oeil dans la #bibliothèque de tes amis ou de ton airbnb, avec ce petit air entendu de ceux-qui-savent collé sur ton visage. Il trônait aussi chez moi, ce joli #livre, offert par mon homme❤ il y a plusieurs années maintenant, enfoui quelque part au coeur d’une #pilealire 📚 plus haute que mon fils sur les épaules de ma fille.

Il m’a fallu du temps pour le #lire – il m’a fallu aussi du temps pour en parler vraiment. (Oui, parce que si tu me suis depuis quelques mois, tu vas te dire que cette lecture remonte à bien avant mes vacances, et que je suis vraiment à la bourre, et tu auras raison. Mais que veux-tu, le temps s’envole comme le sable entre les doigts d’un enfant (enfin, normalement, parce que chez moi, c’est plutôt tendance c’est-bon-le-sable-tiens-si-j’en-mangeai-encore-une-poignée.) Mais je m’égare.

Capture d’écran 2017-11-10 à 16.44.13.png
C’est « amusant », car c’est aussi le coeur de cette histoire, finalement, le temps qui passe, les choix d’une vie, ceux que l’on croit faire et ceux que l’on fait vraiment. Et puis cette histoire de #livre que tu crois découvrir comme un vaillant aventurier-archélogue-indianajonesien, mais qui en vérité clignote de dix mille néons roses fluos marqués « PRENDS-MOI ». Bah voilà, ça y est, c’est fait. Je connais le cimetière des livres oubliés, je connais Carax et Daniel, je rêve encore de ce style lyrique, envoutant, entêtant, je connais l’amour et la mort et la vie, je connais Barcelone, la poésie, je connais et dans un sens j’aimerai ne pas les avoir rencontrés pour les découvrir encore.

Oui, L’Ombre du Vent est un classique. Un classique qu’il te faut lire. Mais non pas pour l’avoir lu ou pour faire bien dans les diners mondains.

Il te faut le lire pour, après, pourvoir vivre avec.

Pour l’avoir toujours dans un coin de ta tête. Son histoire, l’Histoire, ses histoires. La poésie qui revient, la gorge serrée et les yeux qui pétillent. De tristesse et de joie. Comme si tu les rencontrais une nouvelle fois.

#livraddict #lovebook #bookstagram #blog#lectureterminee #lombreduvent

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s