CHRONIQUE / Manger l’autre

A l’heure où la grossophobie prend tellement de place que le mot lui-même a fait son entrée dans Le Robert, Manger l’autre de Ananda Levi, publié chez @editionsgrasset, tombe à point nommé. Une lecture qui me fût difficile, je ne peux pas le cacher, de celles qui laissent des traces, hématomes bleus foncés bien cachés en dedans.

« Je suis la part de vous que vous ne voulez pas être. Le monstre qui se cache en vous tous. Votre peur la plus intime. La main portant la nourriture à votre bouche tremblante de désir… »

mangerlautreOn ne connaîtra pas le nom de la narratrice, seulement ses surnoms, donnés par les autres (la « Couenne ») ou par elle-même (« la merde »). A sa naissance, elle pèse dix kilos. Sa mère s’enfuit, incapable de satisfaire les besoins d’un bébé pour qui manger est l’unique raison de vivre et d’exister. Reste un père en équilibre au bord de l’abîme, persuadé que son enfant a absorbé, in utero, sa soeur jumelle, et qu’elles sont donc deux à vivre dans ce corps hors norme. Alors il la.es nourrit, encore et encore, de plats en double qui débordent, et le monde la rejette, la raille, la juge, d’un regard, d’un rire. Alors elle mange. Elle se méprise, attend la mort comme une délivrance.

Est-ce que vous vous souvenez du cri de Jospeh Merrick dans le mythique Elephant Man de David Lynch ? « Je ne suis pas un animal, je suis un être humain… » Encore aujourd’hui, cette réplique me glace le sang. Et des phrases comme celle-ci, des hurlements de souffrance, de terreur brute, le livre de Ananda Devi en a des dizaines jusqu’à la dernière page.

« Je les agresse rien qu’en existant. Je suis l’horreur qui aurait dû être tuée, cachée ou étouffée dans l’oeuf mais voilà, je suis. Je suis. »

Reste le portrait terrifiant d’une société hyperconnectée sans pitié, sans empathie, pétrie de préjugés, de faux-semblants, de diktats impitoyables, où il faut voir pour être vu, où le regard des autres prévaut sur tout le reste.

Hey, les scénaristes de #BlackMirror, vous êtes en panne d’idées ? Jetez un coup d’oeil par ici.

Manger l’autre, de Ananda Devi.
Editions Grasset.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s