CHRONIQUE / Tout le bleu du ciel

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec Tout le bleu du ciel, le premier roman de Mélissa Da Costa, d’abord auto-édité, puis publié chez Carnets Nord il y a peu. Des larmes ? Des sourires ? Des sourires plein de larmes ? Un petit côté fleur bleue, certainement, mais plutôt bleu clair ou bleu foncé ? En fait, ce livre, c’est un peu de tout ça, du #feelgoodandsadbuttruebook. Pas un chef d’oeuvre ni son opposé… Mais un de ces bouquins qui racontent les gens pour parler de nous, et qui embarquent, bon an mal an sur les routes de la vie.

Tout le bleu du ciel de Melissa Da Costa ©aurelie_et_ecrit

On sait d’entrée que le pavé va être lourd (dans les deux sens du terme – 650 pages, ça pèse son poids dans le tote bag) puisque Tout le bleu du ciel raconte l’histoire d’Emile, qui, à l’âge où il devrait chercher quoi faire de sa vie, doit choisir comment la finir : les médecins sont formels, il n’a plus beaucoup de temps devant lui. Parce qu’il ne veut pas imposer la maladie à sa famille, il décide de partir sur les routes à bord d’un camping-car, embarquant dans l’aventure Joanne, une jeune femme solitaire, paumée, qui a répondu à la drôle d’annonce qu’il avait posté sur le web.

Petitesannonces.fr : Jeune homme de 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.

S’en suit alors un road trip étonnant sur les routes préservées du Sud de la France, loin du tourisme de masse, à la découverte du monde, de l’autre, de soi. Le tout entrecoupé par les souvenirs d’un passé révolu mais qui, quoi qu’il en coute, sert de base, qu’elle soit friable ou en béton armé. Alors oui, Tout le bleu du ciel a des défauts – quelques longueurs, un style un peu naïf et un côté ‘développement personnel’ trop appuyé – mais n’empêche, cette quête initiatique sous forme de résilience, façon « je me perds pour me trouver », m’a joliment ému, les personnages sont très forts, et l’ensemble est riche en émotions. Cet été, gardez la boite de mouchoirs pas très loin du transat !


UN MOT SUR L’AUTEUR // MELISSA DA COSTA

Mélissa Da Costa a vingt-huit ans. Après des études d’économie et de gestion, elle est chargée de communication dans le domaine de l’énergie et du climat. Elle suit également des formations en aromathérapie, naturopathie et sophrologie.


RÉSUMÉ DE TOUT LE BLEU DU CIEL

Émile a décidé de fuir l’hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. À son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, avec le camping-car acheté secrètement, il retrouve Joanne, une jeune femme, qui a pour seul bagage un sac à dos, un grand chapeau noir, et aucune explication sur sa présence. Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. À chaque détour de ce périple naît, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l’amitié, l’amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d’Émile.


INFOS COMPLÉMENTAIRES

Parution : vendredi 15 février 2019
654 pages
Editions Carnets Nord

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s