PORTRAIT / François and the Atlas Moutains, politique poétique

Article paru dans Zut Magazine Lorr-Lux 19.

Printemps 2017. Le monde a changé, Frànçois and the Atlas Mountains aussi. Nouvelle formation, nouvel état d’esprit, nouvelles envies – dont celle de mettre des mots là où il faut, pour panser les plaies et continuer d’avancer. Solide Mirage, leur dernier album en date, qui mêle rock frenchie, pop british et groove africain, a été écrit et enregistré à Bruxelles, où vit désormais le leader, Frànçois Marry, profondément marqué par les événements de ces dernières années. « L’oeil du cyclone » comme il aime à l’appeler, coeur de l’Europe où cohabitent non sans heurts hauts fonctionnaires et demandeurs d’asile. « Pour la première fois, je n’avais pas cette sensation de bulle protectrice comme à Bristol ou à Bordeaux. Cette fois, j’étais en plein dedans. » Finie la pop légère et colorée, le poète dégaine ses rimes les deux pieds dans le monde réel. « Avant, je faisais de la musique pour faire rêver. La posture de l’artiste en connexion spirituelle avec quelque chose de plus grand, j’ai longtemps trouvé ça noble. Aujourd’hui je trouve ça lâche. On fait partie d’une génération d’artistes qui s‘est enfermée dans une vie de privilèges. Avec cet album, j’ai l’impression de ne pas tourner pour rien. » 

Capture d_écran 2017-11-09 à 09.18.10

Alors, les métaphores s’envolent, la politique se fait poétique – mais ce n’est pas une raison de lui coller une étiquette de chanteur engagé. « Le terme est beaucoup trop fort, je me sentirais imposteur de l’utiliser. Plutôt un catalyseur. Du moins, l’envie est là. » Frànçois Marry conte, et en français uniquement s’il vous plaît, le monde que nous sommes en train de (dé)construire. « C’est un album très gris-bleu » dit-il avec un sourire. Qui se teinte aussi, évidemment, des mille couleurs de l’Afrique. « C’est l’Europe telle que je la perçois en fait, multi-ethnique, multi-culturelle. J’ai juste saisi ce qu’il y avait autour de moi. » Avec l’espoir de quelque chose de meilleur à venir. Un mirage, peut-être, mais qui mérite d’être cherché.

Crédits Photos : Arno Paul

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s