CHRONIQUE / Inhumaines de Philippe Claudel

Seulement quelques mois après L’arbre du pays Toraja, merveilleux livre sur la mort qui célébrait la vie, Claudel nous livre Inhumaines, une « satire sociale » comme on dit , un « livre choc » qui en « choquera » plus d’un, comme une parenthèse dans sa bibliographie. Une pause nécessaire pour rassembler les pensées que lui inspire les excès d’une société malade. Un livre construit comme un recueil de nouvelles, dans lequel il balaye les tabous, aboli la bienséance, fait exploser les limites sans scrupules ni remords.

Car, comme il le souligne d’entrée de jeu, « mieux vaut en rire ». Petit à petit, pierre après pierre, guerre après guerre, les hommes sont devenus des monstres, l’horreur une banalité et l’humanité inhumaine. Un monde obscur où les règles n’ont plus lieu d’être, où les vices, les préjugés, les idées reçues de notre société de (sur)consommation sont poussés à l’extrême. On rit, jaune, noir, noir foncé.

Plus de règles, plus de limites, alors l’écrivain se joue des codes habituels pour ajouter, s’il le fallait encore, une touche de vitriol à une lecture déjà bien amère.

Pas de ponctuation, pas de paragraphes, pas de séparation entre dialogue et histoire. La forme déroute, le fond dérange, Claudel s’en moque et c’est ce qui lui donne toute sa force. Car dans Inhumaines, on y retrouve sa verve, son style, son phrasé. Ses mots si puissants, emplis de poésie malgré le poison qu’ils distillent.

S’il est parfois trop insistant sur certains points – la sexualité, sauvage, bestiale, est omniprésente – Claudel nous livre ici un ovni sans demi-mesure, saignant à point, idéal pour crisser des dents et frissonner dans le dos. A lire, assurément.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s