CHRONIQUE / Simple

Le livre commence par un enterrement – celui du héros. Antoine. L’idiot du village avec une case ou plus en moins, le baoul, comme on dit là-bas, en Corse. Personne ne le regrette. Personne ne le pleure. « On ne dira pas ici comment il est mort. Ce qui l’a tué. On écoutera, dans les odeurs du…