CHRONIQUE / Trancher

Tu te dis que ça fait un bail qu’il est dans ta PAL celui-là. Qu’il serait de bon ton, enfin, de te jeter dedans. Même si, tu le sais, il va te faire mal. Empreintes des ongles dans tes paumes serrées, jointures blanches, oreilles qui bourdonnent. Intérieur de la joue en lambeau, léger goût de fer…

CHRONIQUE / Leurs enfants après eux

Magistrale. Leurs enfants après eux est une oeuvre monumentale. De celle qui marque une génération et celle d’après aussi. Tranchante comme un scalpel, fiévreuse, brûlante, brutale. Une histoire que l’on reçoit à bout portant – un pas, voire deux ou trois en arrière sous la violence du choc, les mains sur la poitrine, le souffle court, 400…

CHRONIQUE / Le Prince à la petite tasse

« Quand il dit « migrant » on entend « miracle ». Dans sa bouche, migrant n’est plus ce mot-poubelle anonyme, employé à tout bout de champ, ce mot à oeillères qui refuse de dire la guerre, la survie et l’exil. Dans la bouche de Reza, migrant, c’est lui. » Pendant neuf mois, Emilie de Turckheim et sa petite famille ont accueilli un jeune…

CHRONIQUE / Chien-Loup

Si l’on connaît bien la maxime de Hobbes, il faudra désormais faire avec celle de @sergejoncour – l’homme est un (chien)-loup pour l’homme. L’écrivain n’est plus à présenter, le bonhomme et son oeuvre non plus… C’est désormais une évidence évidente, un nouveau Joncour, ça se déguste (coucou @estellereads). Dans Chien-Loup, l’auteur interroge son contemporain sur…

CHRONIQUE / Tu t’appelais Maria Schneider

Vanessa Schneider est journaliste à Libé and co. La Maria du titre, c’était sa cousine, sa « presque soeur » recueillie par ses parents quand elle fut trop encombrante pour sa chère maman. Nous sommes en 1972. Brune, moue boudeuse, regard d’une gamine qui en a déjà bavé, désirable des doigts de pieds jusqu’au bout des cheveux….

CHRONIQUE / Le malheur du bas

Avec un titre pareil, on sait d’avance que l’ambiance feelgood façon martineàlaplage, ce n’est pas pour tout de suite. Dans Le Malheur du bas, premier roman de Inès Bayard publié chez @editionsalbinmichel, on suit Marie, jeune trentenaire heureuse-amoureuse, dont l’existence bascule du rose à paillettes au noir foncé un soir d’hiver, lorsque le directeur de…

CHRONIQUE / Simple

Le livre commence par un enterrement – celui du héros. Antoine. L’idiot du village avec une case ou plus en moins, le baoul, comme on dit là-bas, en Corse. Personne ne le regrette. Personne ne le pleure. « On ne dira pas ici comment il est mort. Ce qui l’a tué. On écoutera, dans les odeurs du…